le violoncelle et les probabilités

 

Violoncelle et calcul de probabilités

 

Il était tout à fait improbable que, dans le XVIII° siècle finissant, il y eût dans un petit village de la Pieve-di-Serra, apparemment loin des grandes routes de la culture, un érudit, médecin de son état, commentateur en latin de la philosophie d'Aristote et de la poésie d'Horace, qui, avec tout cela amoureux de musique, décidât de s'essayer à la lutherie, et (perchè no?) de fabriquer un violoncelle pour vérifier par lui-même sa maîtrise technique dans cet art difficile.

Il était presque aussi improbable, que deux siècles plus tard, dans le même village qui semblait doucement s'éteindre, on pût rassembler aux premiers jours de l'été des centaines et des centaines d'autres amoureux de la musique autour de l’instrument presque oublié. Et pourtant... Les Rencontres de Violoncelles de Moita, célèbrent aujourd'hui leur dixième anniversaire. Des deux improbabilités est né une sorte de petit miracle. Il doit à la volonté et à la passion, plus qu'à la fortune et à la chance. 

Quand, après un premier concert  donné en l'église de Moïta, Paul-Antoine de Rocca-Serra, entouré de quelques musiciens, fit part de son projet de créer, à Moita et dans sa région, un festival de musique  où tous les concerts seraient gratuits, (perchè no?) qui associerait les plus grands interprètes et de jeunes élèves des écoles de musique de la Corse, qui ferait pleinement participer la population à l'organisation de l'évènement, beaucoup trouvèrent cela tout à fait enthousiasmant... et tout à fait irréaliste. Et voilà dix ans que la fête se répète, avec chaque fois la même somme d'efforts, les mêmes difficultés à surmonter, avec ses moments de haute émotion et ses éclats de rire, avec d'insoupçonnables trouvailles, et la fidélité du public à ce rendez-vous inscrit désormais dans le calendrier de notre vie villageoise à Moïta, à Matra, à Campi, à Pianellu.

 

Merci, mille fois merci, à tous ceux qui nous aident, collectivités ou particuliers, merci à ceux sans  qui rien n'aurait été possible, merci aux élèves et merci à leurs professeurs, merci au public. Et si l'on vous demande si le festival durera dix ans encore, ou plus, vous pouvez répondre: «  perchè no? » A Moïta, désormais, on maîtrise plutôt bien le jeu toujours difficile des probabilités.

Donc, que la fête recommence et que vive la musique! Et persuadons-nous que le miracle se prolongera aussi longtemps que, tous, nous voudrons qu'il se prolonge.

 

Paul Michel Filippi

 

Président d’Honneur de l’association « Le Violoncelle de Moita »

juillet 2009. 

Vous êtes le 2704ème visiteur

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×